Stupéfiants

Dès 1973, la formation « recherche de produits stupéfiants » est active. Elle permet de dresser le chien à rechercher des produits stupéfiants sur des individus, des marchandises et des bagages en tous lieux. Depuis, malinois, bergers allemands ou encore labradors jouent un rôle considérable dans la lutte contre le trafic de drogues.

Pendant 3 mois un instructeur procède au "débourrage" du chien afin de lui faire comprendre ce qu'on attend de lui : détecter des substances illicites. Dès cette période, l'animal va apprendre à repérer certaines odeurs en commençant par le cannabis. Il sera confronté aux drogues dures plus tard dans la formation. Ces trois mois permettent donc à l'instructeur de fournir des bases au chien mais également de vérifier son aptitude à travailler au sein de la gendarmerie ou de la police. Par la suite, il sera confié à un stagiaire durant 14 semaines pendant lesquelles le binôme va poursuivre ensemble l'apprentissage. Après un total de 6 mois, le chien est complètement opérationnel. Cependant, pour qu'il garde ses compétences, il devra être entraîné régulièrement. Le dressage des chiens de détection repose toujours sur les mêmes principes, l'un est de faire plaisir à son maître et l'autre est de jouer. De ce fait, le chien ne « travaille » jamais, il joue.

Le chien joue avec son boudin à mordre, mis auparavant en contact avec du produit, par exemple du haschich. Le chien intègre cette odeur, puis son jouet est dissimulé et il va chercher l’odeur. Ensuite vient la transition : du produit est caché, on montre le jouet au chien et il cherche l’odeur. Quand il trouve, son jouet lui est donné en récompense. Sur des produits stupéfiants, le chien gratte pour marquer. Quand il s’agit d’explosif, le marquage doit être passif : le chien se couche.

Les chiens de recherche stupéfiants sont capables de détecter toutes les substances illicites, à condition que celles-ci soient odorantes et que l'animal ait appris à les mémoriser: cannabis, héroïne, cocaïne et tous leurs dérivés comme le crack. En formation, le chien apprend à «marquer» la cache et ne jamais mordre dans le produit, pour éviter la surdose par ingestion ou inhalation. Contrairement aux idées reçues les chiens de recherche stupéfiants ne sont pas toxicomanes et ne sont jamais en contact direct avec les différentes drogues.

La détection dépend de nombreux facteurs: quantité de drogue, conditions climatiques, mais également l'endroit où est stockée la substance (poche, valise...) et de son emballage. Du cannabis exposé à l'air libre pendant une journée et avec un vent favorable rabattant les odeurs vers le chien peut permettre à l'animal de détecter la drogue à 200 mètres. Si les conditions sont moins avantageuses alors l'animal devra parfois passer à 50 centimètres de la substance pour enfin la repérer.

chien de recherche stupefiants 3

chien de recherche stupefiants 2