L'arthrose est une affection des articulations très fréquente chez le chien quelque soit son âge. Cette maladie est caractérisée par la destruction progressive du cartilage articulaire. Celui-ci recouvre les os au niveau des articulations et permet d'amortir les chocs un peu comme un coussin. Puis on observe également la formation de tissu osseux anormal au niveau de l'articulation.
L'arthrose se traduit par de la douleur et à long terme par de la difficulté à se déplacer. Les articulations perdent leur souplesse et les mouvements sont difficiles.
L'arthrose est l'évolution systématique d'une articulation qui souffre ou qui vieillit.

Les différents types d'arthrose

  • L'arthrose primitive est l'arthrose qui touche le chien âgé. Elle est dûe à l'usure des articulations. Plus l'animal vieillit, moins le cartilage se répare facilement. Dans certains cas graves, le cartilage disparaît peu à peu.
    Dans cette arthrose due au vieillissement, plusieurs articulations sont généralement atteintes en même temps.
  • L'arthrose secondaire: elle se développe sur une articulation qui fonctionne mal. C'est le cas lorsqu'une articulation est mal formée donc instable, par exemple dans la dysplasie de la hanche des chiens de grande race. De même lorsqu'une articulation a été le siège d'une fracture, le risque d'apparition d'arthrose à ce niveau est plus élevé.

Les lésions dues à l'arthrose

Le cartilage qui recouvre les surfaces des os au niveau des articulations se détruit progressivement. Le rôle d'amortisseur des chocs de ce cartilage va disparaître. C'est pour cette raison que les mouvements deviennent douloureux. 
Comme l'animal souffre lorsqu'il mobilise son articulation malade, il va éviter de faire des mouvements qui mettent en jeu cette articulation. Les muscles vont alors s'atrophier: on parle souvent de "fonte" musculaire.
L'articulation peut aussi se modifier du fait d'un dépôt d'os anormal et d'un épaississement de la capsule articulaire.

Les symptômes

Elle peut toucher une ou plusieurs articulations d'un même chien. Comme le chien est un quadrupède, l'arthrose touche surtout les articulations qui soutiennent le corps: les hanches, les genoux, les épaules et les coudes.

  • Au début, stade I le chien va refuser progressivement de sauter, de faire de l'exercice, de courir. L'animal va éviter de s'appuyer sur le membre malade et il va reporter cet appui sur les autres membres. Il peut alors boiter.
    La démarche du chien arthrosique est raide après une période de repos, lors du relever de la position assise ou coucher. On parle de "douleur à froid ". 
    Le chien ressent une douleur chronique au niveau de ou des articulations atteintes.
  • A un stade plus avancé, stade II : le chien va gémir lors de certains mouvements et parfois essayer de mordre. Un vieux chien qui souffre d'arthrose, même s'il est gentil au départ, peut mordre lorsqu'on le bouscule ou que l'on appuie sur ses articulations douloureuses. Il faut faire attention aux réactions du chien surtout en présence de jeunes enfants. Les symptômes s'aggravent quand il fait froid, quand le temps change brutalement ou après un effort physique intense. Le chien présente alors des crises "aiguës" très douloureuses avec une boiterie nette.
  • Dans les cas d'arthrose ancienne, stade III l'évolution conduit à un blocage de l'articulation (ankylose). Cela permet de réduire la douleur mais certains mouvements ne sont plus possibles.

Le diagnostic

Pour diagnostiquer l'arthrose chez un chien, un examen approfondi de l'animal est nécessaire. Les articulations seront manipulées l'une après l'autre. Cet examen est parfois douloureux pour l'animal. Des radiographies sont souvent indispensables. 
Le vétérinaire pourra à l'aide de l'examen clinique et des radiographies juger de la gravité de l'arthrose et proposer le traitement adéquat.

Le traitement

Il a pour but de soulager l'animal car l'arthrose ne disparaît pas. 
Le traitement généralement proposé par les vétérinaires consiste à diminuer l'activité physique de l'animal pour soulager les articulations (sorties en laisse, promenades courtes, pas d'efforts importants, éviter de descendre et monter les escaliers). Le traitement médical est basé sur l'administration d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Rimadyl-Onsior-Previcox-Metacam) sont couramment prescrits et sont des analgésiques efficaces pour les animaux de compagnie mais ils provoquent des effets secondaires. Les plus courants sont les vomissements, la perte d'appétit, la dépression/léthargie et la diarrhée. Certains effets secondaires peuvent être très graves comme les ulcères et perforations gastriques, les problèmes rénaux et hépatiques, pouvant aller jusqu'au décès de l'animal dans certains cas. C'est pourquoi il est indispensable de respecter les doses prescrites par votre vétérinaire et il est déconseillé de les utiliser sur une longue durée.

Avant d'administrer un AINS à un chien, le vétérinaire recommandera un test sanguin. Les résultats acquis grâce à ces tests peuvent être essentielles pour décider si le médicament est sûr à utiliser. Si un chien se voit prescrire un AINS pour le contrôle de la douleur associée à l'arthrose, des contrôles vétérinaires réguliers et des analyses de sang sont recommandés afin de surveiller dans quelle mesure l'animal tolère le médicament au fil du temps.

Si vous constatez un effet secondaire indésirable après la prise d'AINS par votre chien, stoppez l'administration du médicament et informez votre vétérinaire. Certaines réactions sont bénignes et disparaissent après l'arrêt du médicament.
La façon dont chaque chien réagit à un AINS varie. Parce que cette réponse est individuelle, aucun AINS n'est considéré comme plus efficace qu'un autre, et comme chaque AINS peut provoquer des effets indésirables, aucun n'est considéré comme plus sûr que les autres.

La recherche de l'AINS le mieux adapté à votre chien peut amener à un changement de prescription. Une seule marque d'AINS doit être administrée à un chien au même moment. Si le maître et le vétérinaire décident d'essayer un autre AINS, une période de temps est nécéssaire pendant laquelle le chien ne reçoit aucun AINS. Cela permet à un AINS d'être éliminé du corps avant de commencer un autre AINS. Les AINS ne doivent pas être associés à l'utilisation d'un corticoïde.

La douleur associée à l'arthrose peut augmenter et diminuer, les médicaments ne doivent être administrés qu' à la plus petite dose efficace. Si le chien semble s'améliorer au point de ne plus avoir besoin du médicament, le propriétaire doit discuter de l'utilisation continue ou discontinue de l'AINS avec son vétérinaire.

Depuis 2019 les piprants constituent une nouvelle classe d'AINS qui n'ont pas les effets indésirables des AINS classiques vis à vis des ulcérations digestives et de la fonction rénale. Commercialisé sous le nom de Galliprant cette molécule permet une nouvelle approche de la prise en charge de l'arthrose chez le chien de par son action inédite. Mais comme les autres AINS des effets indésirables digestifs, vomissement, diarrhée, inappétence, sont fréquents. Ils seraient transitoires et sans gravité. Néanmoins certains témoignages font état de troubles gastriques  plus longs ou plus tardifs. Comme pour tous les autres AINS il convient donc d'être attentif sur tout effet indésirable qui pourrait résulter de la prise du médicament et d'en informer votre vétérinaire.

 

Il existe des compléments alimentaires naturels aux vertus anti-inflammatoires qui pourront donner de bons résultats avec l'avantage d'être sans effets néfastes sur l’appareil gastrique.

• Des compléments alimentaires à base de glucosamine et chondroïtine (Cosequin-Locox-Seraquin-Fortiflex-...)

• l'extrait de moule verte de Nouvelle-Zélande qui possède une composition unique d'acides gras Omega 3 et Glycosaminoglycanes et en fait un anti-inflammatoire naturel pour le chien. Elle existe sous forme de comprimés (Pernacox qui est associé à l'harpagophytum ou Yumove senior associé à l'acide hyaluronique) ou en poudre. Attention à sa provenance, elle doit être fabriquée en Nouvelle-Zélande par séchage à froid et sans additifs. Attention votre chien ne doit pas être allergique aux crustacés.

• Le collagène de type II (UCII) vendu sous forme de complément alimentaire pour chiens soutient le métabolisme des articulations en cas d'ostéoarthrose (Flexadin Advanced).

• l’harpagophytum ou scrofulaire noueuse sont des plantes aux propriétés anti-inflammatoires mais contre-indiquées chez les chiens souffrant de diabète, d'insuffisance cardiaque, d'insuffisance rénale ou de troubles gastriques.

• Depuis 2019 Le laboratoire Virbac commercialise Anibidiol, un complément alimentaire à base d'huile de chanvre. Anibidiol est disponible sous forme de granulés (ou d'huile en Suisse). L’huile de chanvre contenu dans le produit anibidiol est une variété de chanvre classée parmi les matières premières autorisées selon le catalogue de la réglementation européenne n°2017/1017. Il est dépourvu de THC et est sans danger pour l’animal de compagnie. Il favorise le bien-être en cas de douleurs chroniques, en particulier articulaires. Beaphar propose également de l'huile de chanvre et des friandises au cannabidiol (CBD). Attention aux autres produits pour animaux à base de CBD commercialisés sur internet pour lesquels il est impossible de connaître l'origine exacte de ces produits et la traçabilité de leur fabrication.

Votre vétérinaire pourra vous proposer des injections d'acides gras (ARA 3000) qui ont des effets significatifs sur le confort articulaire au quotidien pour le chien sans effets indésirables.

En cas de douleurs aiguës votre vétérinaire pourra vous faire une prescription de Tralieve, la première gamme de tramadol vétérinaire, destinée au chien. Le tramadol est un analgésique opioïde qui présente une action opioïde et un effet monoaminergique agissant sur le contrôle inhibiteur de la douleur. Comme chez l'humain la réaction au tramadol peut différencier selon le sujet, en cas de réaction d'hypersensibilité le traitement doit être interrompu.

Ne lui donnez pas de médicaments destinés aux humains. Aspirine, paracétamol, ibuprofène provoquent chaque année de nombreuses intoxications chez le chien.

Attention aux interactions si vous donnez plusieurs médicaments/compléments à la fois, certaines molécules pourraient se retrouver en excès. En cas de doute demandez toujours l'avis à votre vétérinaire.

Le traitement diététique existe aujourd'hui grâce à des aliments qui aident à soulager les articulations et améliorent la mobilité chez les chiens arthrosiques.

Le chien doit continuer à faire un exercice quotidien modéré (marche plusieurs fois par jour au rythme du chien, nage ). Il gardera ainsi une certaine musculature. Pour le soulager utilisez une rampe pour le faire monter et descendre de voiture. Evitez les environnements froids et humides qui vont empirer les symptômes de l’arthrose.

Quand l'arthrose atteint le stade III, la seule possibilité, mais elle ne concerne que certaines articulations, est d'avoir recours à une arthrodèse, c'est-à-dire un blocage chirurgical de l'articulation qui s'accompagne de la disparition de la douleur.

Il n'existe pas vraiment de moyens de prévenir l'arthrose quand elle est due au vieillissement. 
Cependant chez certains chiens, il est important de rechercher précocement les anomalies articulaires qui favorisent le développement de l'arthrose. C'est le cas dans la dysplasie de la hanche ou du coude qui touchent certaines grandes races de chien. Les articulations mal formées peuvent faire l'objet d'une correction chirurgicale pour limiter les dégradations ultérieures.

Il est aussi bénéfique pour un chien arthrosique de ne pas être trop lourd. Une surcharge pondérale va accélérer "l'usure" des articulations et il faut donc veiller à nourrir correctement votre chien. Souvent le chien âgé bouge moins donc grossit et les risques d'apparition d'arthrose augmentent.
On peut donc associer au traitement médical de l'arthrose un régime afin que les articulations déjà fragiles n'aient pas à supporter un poids trop important.

 

berger malinois senior