Nouvelle recrue à la gendarmerie de Bernay

Arès, le nouveau chien renifleur de la gendarmerie est arrivé à Bernay. Le berger malinois vient d’intégrer l’équipe cynophile au sein du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de la compagnie de la ville. Toutefois, l’équipe cynophile est gérée par la Direction régionale de la gendarmerie, dotée de quatre brigades cynophiles sur le territoire normand. Les trois autres équipes cynophiles sont « domiciliées » à la base 105, à Évreux.

Le chien, âgé de 18 mois, sera amené à intervenir pour la détection de stupéfiants, d’armes ou de billets.Tout comme son maître, il a suivi une formation particulière pour participer à des missions spéciales.

Un fanatique du jeu
« Une des premières qualités que l’on recherche chez le chien est son fanatisme pour le jeu », confie le gendarme Benjamin D., maître-chien.

Car, en réalité, la nouvelle recrue à quatre pattes n’a pas vraiment conscience de la mission dans laquelle elle doit s’immerger. Son seul objectif, après avoir perçu des odeurs de drogue, de poudre ou d’encre de billets, est bien de retrouver son jouet préféré. Tandis que le chien est très calme au repos, celui-ci peut faire preuve d’une vraie frénésie en grattant dès qu’il a repéré les odeurs qu’il doit découvrir.

« Arès est régulièrement entraîné à l’exercice avec des échantillons des substances à déceler dans des lieux divers tels que des casses automobiles ou encore des locaux industriels désaffectés. Mais si le dressage par le jeu est une méthode efficace, le chien est aussi soumis à une certaine discipline. Il doit ainsi répondre immédiatement au commandement. Et, par exemple, ne jamais se laisser distraire par une femelle. Il doit, en outre, être capable de travailler en prenant des initiatives », complète le maître-chien. Au sein de son équipe cynophile, le gendarme est assisté d’une de ses collègues qui l’épaule dans les soins à apporter à l’animal au quotidien.

« Ce n’est pas une moto ou un véhicule d’intervention que l’on range au garage après une mission. Il faut s’en occuper tous les jours. Environ quatre heures, entre l’entretien et le dressage », confie la brigadière Amandine B.

Arès est employé plusieurs fois par semaine pour des missions qui durent environ trois heures, lors de perquisitions de véhicules ou de domiciles. Pour le contrôle de personnes, il lui est interdit de se dresser face aux individus sur lesquels sont opérées des recherches.

Le commandant Tangy Madec, de la compagnie de gendarmerie de Bernay, se félicite de la proximité de ce groupe d’intervention cynophile, même s’il ne dispose d’aucune prérogative quant à son emploi : « La présence de cette équipe nous permettra notamment de mieux lutter contre le trafic de stupéfiants dans le cadre d’opérations spécifiques que nous allons mettre en place cet été sur le territoire. »

Arès, avec son nom prédestiné de dieu de la guerre dans la mythologie grecque, est destiné à rester militaire durant environ huit ans.

Source: https://www.paris-normandie.fr/

 

Dernières photos Instagram du Malinois