actu

L’affaire naît le 14 février 2018 lorsqu’une patrouille de gendarmerie apprend que deux cadavres de chiens (un berger allemand de 10 ans et un malinois de 4 ans) en état de décomposition avancée gisent dans un fossé, cachés sous un drap. La veille, un témoin a aperçu un individu de sexe masculin, vêtu d’un haut noir logoté « sécurité », remonter dudit fossé et repartir à bord d’un véhicule dont il relève le numéro d’immatriculation. Les investigations débutent et les enquêteurs ciblent très rapidement Aurélien Loisance.

justice pour joe et dax

Lorsqu’il daigne s’expliquer – pour la première et dernière fois – devant les gendarmes, l’agent de sécurité nie tout.

Il avance des difficultés financières qui l’ont empêché de s’occuper de ses chiens et qui l’ont obligé à les donner à l’une de ses connaissances, un homme qui aurait d’ailleurs occupé son appartement dès septembre 2017, lorsque lui-même s’est installé avec sa compagne de l’époque.

Dès cette date, il dit n’avoir plus jamais mis un pied dans l’appartement ni même d’avoir entendu parler de ce fameux ami, pas plus que des deux animaux. Une version largement contestée par la compagne d’alors.

Elle évoque une odeur pestilentielle dans l’appartement, mais aussi une salle de bains bouclée et inaccessible. Et pour cause : la salle de bains, lorsque les gendarmes ont pu y accéder, était maculée de sang animal et des traces de griffures recouvraient les murs.

Devant la cruauté des faits, plusieurs associations se sont portées partie civile : Gratouille Refuge, l’association Stéphane-Lamart, la fondation Brigitte Bardot, la Ligue dans l’intérêt de la société et de l’animal et la Confédération nationale de la défense animale.

Toutes, par la voix de leurs conseils respectifs, ont évoqué ce qu’a dû être la mort de deux chiens : « Soit ils se sont entredévorés, soit ils ont été massacrés ».

Les réquisitions, « parce qu’il ne défère pas aux convocations et pour sa qualité d’agent de sécurité », se sont élevées à 180 jours-amende à 17 € ainsi qu’une interdiction définitive de détenir un animal.

En son absence, il a donc été condamné à une amende de 1 500 € ainsi qu’à l’interdiction définitive de détenir un animal.

En marge du procès, devant le tribunal correctionnel, une trentaine de personnes ont manifesté leur écœurement face à la cruauté dont ces deux chiens ont récemment été victimes. Stéphanie Beaugrand, présidente de l’association de protection animale Gratouille Refuge, ainsi que Daniel Madeira, jeune fondateur du syndicat autonome des agents cynophiles, ont élevé la voix afin que « justice soit faite à l’encontre de ces barbares ».

gratouille refuge

Les agents cynophiles et les associations de protection animale se sont unis pour dénoncer la barbarie.
Appelant à « une peine exemplaire », ils occupent la place publique pour dénoncer une triste réalité. « Les actes de négligence, de malveillance et de cruauté envers les animaux sont en constante augmentation. Détenir un chien, ce n’est pas une obligation. Dans le cas présent, les éleveurs auraient accepté de les reprendre. »

Aux côtés de cette femme dynamique et déterminée, Daniel Madeira défend sa profession : « Évidemment, ce type d’agissements nous cause du tort. Nous sommes là pour assurer la sécurité de nos concitoyens, ils doivent avoir confiance en nous. Il est grand temps de s’unir pour faire tomber les fruits pourris. »

Depuis Toulouse où il exerce sa profession depuis sept ans, il a mis en ligne une pétition, « Justice pour Joe et Dax », qui a d’ores et déjà recueilli 54 000 signatures. « Être agent cynophile, c’est respecter les lois, une éthique, son binôme, qu’il ne considère pas comme un vulgaire outil mais comme un vrai partenaire. »

Source: https://www.lest-eclair.fr/

Goliath du Plateau d’Ernaphran, dit Black pour les intimes, est un berger belge malinois fraîchement médaillé de la police nationale. Car Black, en tandem avec son conducteur cynotechnicien, a volé au secours de ses collègues humains.

Le 6 avril dernier, dans un bar vierzonnais, une patrouille de police est prise à partie par une vingtaine de personnes. Bruno, 33 ans, gardien de la paix à l’unité cynophile départementale d’intervention depuis 2012, n’a pas d’autre solution que de faire appel au mordant de Black.

« Déjà, lorsque l’on sort le chien, il y a comme une onde de choc, un recul. Mais très vite, ce jour-là, les personnes en face se sont ressaisies », explique Bruno. La seule présence du berger malinois n’a pas suffi à éteindre les ardeurs du groupe. Juste avant l’intervention de l’animal, la voiture de police essuie un jet de pot de fleurs. Une fois à l’intérieur, un policier est agressé avec un tabouret. Pour se défaire de cette situation, Black doit montrer les crocs et tenir les autres à distance.

Mission réussie. D’où la distinction honorifique décidée par la direction départementale de la sécurité publique du Cher. En plus d’une lettre de félicitations, Black a reçu sa médaille pour son acte de bravoure. Bientôt huit ans que Bruno et Black forment un duo de choc. La brigade canine a toujours attiré Bruno.

Celle de Bourges se compose de quatre hommes dont un d’attaque et deux chiens de défense. Après un stage de trois mois, Bruno est revenu à Bourges avec Black. L’homme et l’animal ne se quittent plus professionnellement depuis. Et ils ne se quitteront plus du tout. Car même en retraite dans quelques mois, Black restera auprès de Bruno.

Dans l’unité, il y a deux conducteurs pour un chien. Bruno était le premier. Après Black, il sera second maître sur un nouveau chien. Ensemble, avec Black, ils ont vécu des situations parfois complexes. Patrouille sur le Printemps de Bourges, sur la fête foraine, interventions à Vierzon…

« Le travail du chien, c’est 80 % de dissuasion. Nous venons très souvent en appui, en assistance aux collègues pour prévenir des actes de violence lors de contrôles par exemple », ajoute Bruno. Qui partage la récompense avec son chien.

Source : https://www.leberry.fr/

medaille chien black

L'appel avait été lancé en septembre 2018 : Farak, huit ans, cherchait une famille d'accueil. C'est fait ! Le chien policier a trouvé un foyer pour couler des jours de paisible retraité, et en plus il va voyager puisque son nouveau maître est serbe. Après avoir travaillé en France, lui aussi prend sa retraite, et rentre au pays.

Entré à 15 mois dans la police, Farak vient de passer quatre ans à la brigade canine d'Annecy, où il effectuait les patrouilles de nuit.

Le Malinois de 32 kg, dressé l'attaque ne pouvait pas être confié à tout le monde. Lors de la recherche de cette famille d'accueil, le brigadier Éric Marcoud expliquait à France Bleu Pays de Savoie qu'on ne peut pas le confier à quelqu'un d'inexpérimenté ou qui n'aurait pas assez de poigne"

C'est ce policier, qui était en binône avec Farak à la brigade canine qui a choisi sa famille d'accueil parmi les 24 candidats.

Source: https://www.francebleu.fr/

 

farak chien police annecy

A l'occasion d'une opération de contrôle anti-fraude dans des bars et restaurants jeudi soir, les policiers ont découvert 2,3 kilos de drogue cachés dans la partie privée d'un bar de Valence, grâce au flair d'une chienne spécialisée dans la recherche de stupéfiants.

C'était une opération du CODAF, le comité départemental anti-fraude. 45 policiers nationaux, des policiers municipaux, des agents de l'Urssaf, du service d'hygiène de la ville ont été mobilisés jeudi en fin d'après-midi pour contrôler 15 bars et établissements de restauration rapide sur Valence, Bourg et Portes-lès-Valence. Les policiers ont également fait venir deux équipes cynophiles, l'une de Valence, l'autre de Grenoble.

Bilan : cinq employés non-déclarés et surtout de la drogue découverte dans l'un des bars contrôlés. Ces 2,3 kilos de résine de cannabis se trouvaient dans un bar du quartier de la Chamberlière à Valence. C'est la chienne Mia de la police de Valence, un berger malinois formé à la détection de stupéfiants et de billets, qui a donné l'alerte en grattant à la porte de service de l'établissement. Derrière, se trouvait le paquet de drogue. Le gérant a dit tout ignorer de sa provenance. Il a été laissé en liberté en attendant la poursuite de l'enquête.

Un client d'un autre bar a lui été placé en garde à vue, soupçonné d'être un dealer. Il avait sur lui un peu de cannabis et 1100 euros. Dans sa voiture et à son domicile, les policiers ont découvert 400 grammes de drogue.

Source: https://www.francebleu.fr/

 

mia chien policier

Jerry Leen est un berger malinois qui travaille pour les sapeurs-pompiers de Paris. Elle vient d'être récompensée par la société centrale canine pour deux interventions héroiques : en janvier rue de Trévise et en 2017 dans les catacombes. Son maître, Laurent Siino vit à Sens (Yonne).

C'est l'histoire d'une chienne sénonaise devenue star. Jerry Leen est un berger malinois qui travaille, avec son maître, pour les sapeurs-pompiers de Paris. Elle vient d'être récompensée par la société centrale canine pour deux interventions héroïques : le 12 janvier dernier, lors de l'explosion rue de Trévise et en 2017, pour retrouver des adolescents perdus dans les catacombes parisiennes. Son maître, Laurent Siino est sénonais. Il dirige les équipes canines des pompiers de Paris. Cette reconnaissance est l'aboutissement de sa passion.

Plus de batterie dans leur téléphone
S'il y a une chose dont Laurent Siino est satisfait, c'est d'abord d'avoir pu sauver des gens grâce à Jerry Leen. Comme ces deux adolescents, en juin 2017, perdus depuis trois jours dans les catacombes : "c'était deux jeunes adolescents qui très vite n'ont plus eu de batterie sur le téléphone qui leur servait de lampe torche et qui sont restés bloqués sans pouvoir trouver la sortie."

Des odeurs humaines véhiculées même dans l'eau
Même dans l'eau, Jerry Leen a pu retrouver leurs odeurs : "chaque corps qu'il soit dans les catacombes ou ailleurs par sa sueur et ses phéromones va dégager ce qu'on appelle un conodorant. Et le chien, dans le cadre de personnes disparues, dans des forêts par exemple, pour des personnes ensevelies dans des bâtiments effondrés comme la rue de Trévise par exemple, ou alors pour la recherche de personnes noyées également, les odeurs sont vectorisées par l'eau au lieu de l'être par le vent.'

On va l'habituer à tout ce qui n'est pas habituel chez un chien, le feu, la fumée, les bruits, les explosions, le sang - Laurent Siino, chef du groupe cynotechnique des pompiers de Paris

Si Jerry Leen est reconnue aujourd'hui, c'est le résultat d'un long travail explique son maître Laurent Siino : "dans un premier temps on en fait un chien stable, après on va développer bloc par bloc, son courage, sa pugnacité. Puis après on va l'habituer à tout ce qui n'est pas habituel chez un chien, le feu, la fumée, les bruits, les explosions, le sang, pour lui dire que le contexte d'un accident, comme la rue de Trévise : 'pour toi ce n'est que du jeu, n'aie pas peur, je suis là'.

Dans l'Yonne pour se ressourcer
Pour autant, cette chienne a besoin de repos parfois Et elle vient le trouver à Sens : "à Paris, c'est vraiment un environnement de travail. Et dans l'Yonne, la chienne a très bien compris que nous allions quand-même aller dans les forêts, la verdure, mais que cela restait quelque chose de très détente. On a besoin de ça elle comme moi." Depuis qu'elle a reçu le "trophée du chien héros en sauvetage civil", Jerry Leen est invitée sur de nombreux plateaux télé. Elle a déjà été présentée sur M6, TMC et LCI.

Source: https://www.francebleu.fr/

jerry leen chien heros

jerry leen chien heros 2

 

 

Dernières actualités du Berger Malinois